Qu’est-ce qui dérange dans l’implantation d’éoliennes ?

Publié le par Matlatomat

Tout d’abord, il est intéressant de constater que plus on cherche des arguments ou des contre-arguments concernant les éoliennes, plus on trouve d’études et de contre-études … Parfois même, une étude peut receler des avis ambigus, de type « Oui … mais ». Du coup, les partisans crient haut et bien fort le « Oui » tandis que les opposants mettent en avant le « Mais » avec tous les risques possibles et imaginables !!!

Voici un florilège des principaux risques abordés, qui montrent la difficulté de prendre une position objective sur l'implantation d'un parc éolien à Tauxigny … 

Ondes électromagnétiques : elles ne sont localisées que 1m autour de la surface couverte par les pales d’éoliennes. Elles ont donc très peu de répercussion sur l’activité humaine. Cependant, elles peuvent entraîner des perturbations sur la radiodiffusion TV. Paraîtrait que du côté d’Orléans, les éoliennes qui viennent d’être implantées empêchent certains riverains de regarder les programmes de TF1 (mais est-ce vraiment un mal ??) Dans tous les cas, des solutions existent pour pallier à ces perturbations …

Ondes sonores : selon les études, le volume sonore d’une éolienne est de l’ordre de 45dBA à 200m de distance. Et à 500m, on n’entendrait plus rien. Mais tous ne sont pas d’accord avec cette absence de nuisance sonore. Ainsi, l’Association pour la Protection des Sites des Abers (APSA) a demandé officiellement au Ministère de la Santé d’étudier l'éventualité d'une action nocive des éoliennes sur la santé de l'homme. L’Académie de Médecine s’est donc saisie du dossier et a conclu qu’il serait souhaitable, par précaution, que soit suspendue la construction des éoliennes d'une puissance supérieure à 2,5 MW situées à moins de 1500 mètres des habitations. En tout cas, c’est le raccourci qui est le plus souvent mis en avant par les associations d’opposants aux éoliennes.

En fait, l’Académie de Médecine rappelle d’abord qu’il n’y aucune étude épidémiologique montrant clairement les effets de nuisance sonore des éoliennes. En revanche, ils soulignent que « l'agression sonore est majorée lorsque le bruit présente d'importantes irrégularités stimulant l'attention de l'individu. A contrario, ce bruit est mieux supporté s'il est continu. Cependant, même si l'habituation à ces irrégularités peut diminuer leur impact, cette habituation est d'autant plus difficile à s'installer que le sujet se sent la victime de ce bruit. Le stress et ses conséquences dépendent du vécu du bruit. Dans le cas des éoliennes, l'impact de cette nuisance pourrait dépendre de la manière dont elle est infligée au sujet. S'il en tire un intérêt immédiat, qui le plus souvent est matériel, les risques d'en être importuné seront vraisemblablement plus faibles. »

La question qui se pose alors est : « ces raisons sont-elles suffisantes pour limiter l’expansion des parcs éoliens et donc, de limiter le développement des énergies renouvelables ? »

Effets stroboscopiques : toujours selon l’Académie de Médecine « La crainte d'un effet épileptogène des éoliennes a été souvent évoquée. Cependant, si dans d'autres circonstances le rôle épileptogène d'une stimulation lumineuse répétitive est bien démontré, nous n'avons retrouvé dans la littérature aucune observation incriminant les éoliennes dans cette pathologie: cette crainte n'est étayée par aucun cas probant. Notons, de plus, qu'il faudrait que les globes oculaires du sujet soient exceptionnellement fixes, et pendant suffisamment longtemps, pour qu'ils puissent transmettre aux centres cérébraux les variations d'un faisceau lumineux aussi étroit et lointain que celui fourni par la rotation d'une éolienne. »

Pourtant, le risque existe : quelqu’un qui reste fixé devant son ordinateur a une faible activité de ses globes oculaires. Si par malheur, une éolienne barre par saccade le champs des rayons solaires, l’effet épileptogène en serait accrû (anecdote qui nous a été rapportée)

Baisse du prix foncier : la vue d’éoliennes peut plaire ou ne pas plaire. Elles peuvent dénaturer le paysage tout comme elles peuvent lui ajouter une touche « en plus ». Mais en aucun cas, elles ne provoquent de troubles auditifs. A distance donc, la valeur de l’immobilier ne devrait pas être dépréciée. En revanche, on peut supposer qu’un bien immobilier situé à moins d’1 km d’un parc d’éoliennes questionnera d’éventuels acheteurs voire les dissuadera, ce qui entraînerait une baisse du prix. Et de nouveau … certaines études nous montrent que ce n’est pas le cas, tandis qu’on retrouve sur le net pleins de témoignages assurant le contraire.

Les chemins d’accès aux éoliennes : une éolienne … c’est lourd et son installation nécessite pas mal d’engins imposants. Et pour que ces derniers puissent accéder sur les lieux d’installation, il faut reconstituer des chemins à forte emprise et peu courbés, c’est-à-dire en empiétant sur la végétation alentour. Autre facteur de dénaturation du paysage ? sauf si les gestionnaires de parcs éoliens rendent ces chemins plus en harmonie avec la nature environnante …

La chasse aux oiseaux : les oiseaux sont-ils menacés par les éoliennes ? De nouveau, l’ambiguïté subsiste … D’abord, une étude hollandaise prétend que le risque de « hachage » des oiseaux par les pales en rotation est tout à fait marginal alors qu’à contrario, une étude américaine affirme que des éoliennes tuent plus de 8.000 oiseaux par an dans un grand parc national. Ensuite, c’est la question de l’implantation des éoliennes sur un site où des espèces rares ou migratrices nichent ou passent qui se pose. La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) est certainement l’organisation la plus à même de répondre à cette interrogation. Elle a d’ailleurs « choisi d'accompagner le développement de la filière éolienne française dans le respect de la biodiversité et a donc développé un référentiel technique national au service des acteurs privés et publics. » Pourtant, la volonté d’accompagner ne paraît pas être la même d’une fédération départementale à l’autre : par exemple, la LPO Vendée a décidé de s’investir dans le projet éolien de Bouin (proche d’un site ornithologique important) tandis que la LPO Touraine semblerait plutôt vouloir freiner le projet de Tauxigny. A. Bougrain-Dubourg, président de la LPO, déclarait récemment « Le principe de l'éolienne ne doit pas être rejeté en bloc, bien au contraire. Cette énergie renouvelable s'inscrit dans des objectifs du développement durable et fait déjà ses preuves en de nombreux pays européens. Reste, qu'effectivement, on ne peut implanter d'éolienne n'importe où et n'importe comment en France. Consciente du problème, la LPO a lancé une étude sur ce thème afin de participer activement au débat. Elle sera autant déterminée à s'opposer à certaines implantations qu'à favoriser la mise en place dans des sites acceptables. »


Le choix est cornélien. On se rend compte que tout le monde peut avoir raison, partisans comme opposants. L’intérêt collectif est souvent mis à mal par l’intérêt individuel, même chez ceux qui prônent le respect de la nature et le développement durable. C’est la politique du NIMBY (Not In My Back Yard), c’est-à-dire du « Oui, mais pas à côté de chez moi ».

Alors, pour essayer d’avancer dans le débat sur l’implantation d’éoliennes à Tauxigny, je vous propose de réfléchir ensemble (par le biais des commentaires).

A bientôt,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article