Notes prises sur le vif à la réunion Eoliennes de Dolus

Publié le par Jean-François

Environ 30 personnes étaient à la réunion.
Longue  présentation des arguments de Vent de Raison.Asso représentée par 3 personnes.
Bcp d'habitants de Tauxigny.
Des élus de Dolus le Sec et de Tauxigny tentent de justifier les raisons de l'absence de communication.
Dans la salle les opposants invoquent uniquement des raisons personnelles.
« C'est moche, c'est bruyant, le prix de mon terrain va être dévalorisé, etc... etc.... »
Seules les 3 personnes de Vent de Raison avancent des arguments d'ordre de politique globale : Non diminution des Gaz à Effet de Serre, développement des centrales thermiques et du nucléaires, mise en cause de la santé financière de la société VSB, procédure d'implantation du mas non respectée, peur du lobby des fonds de pensions détenteurs  par la suite du parc éolien, atteinte à l'environnement, peur du non respect des procédures, etc…

Ce qui est le plus inquiétant dans ce débat, c'est que les opposants, hormis Vent de Raison, ne le posent pas sur la politique énergétique à plus ou moins long terme. Même si l'éolien ne semble pas être la meilleur solution, la question pourrait être : « quelle autre alternative pourrions nous mettre en place, et cela très rapidement ? »
Ne pouvons nous pas accepter un tel projet , que nous encadrerions d'un cahier des charges très précis ?
Pour cadrer toutes les nuisances directes et induites.
Il faudrait demander à la Communauté de Communes de s'engager à le faire respecter.
Il est vrai que le projet peut rapidement transformer ce plateau en no man's land éolien.
Il est impératif d'être vigilant sur tous les points.
Demander aussi à la Communauté de Communes qu'elle devienne "gérante" du parc éolien.
Avant cela, une enquête de faisabilité réalisée par un organisme indépendant est incontournable.

Pourquoi ne pas imaginer qu'une partie de la Taxe Professionnelle soit utilisée pour réaliser des économies sur des énergies fossiles ? (Ex : Géothermie pour des bâtiments publics de la Communauté de Communes)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

François Guillet 13/06/2006 15:47

Il faut tout de même bien décorréler plusieurs problèmes distincts, l'amalgame étant le premier chef de défense des porteurs de projet (en effet, on aura bien compris que les conseillers municipaux présents sont favorables au projet). L'argument 'c'est le pétrole/nucléaire ou les éoliennes à Tauxigny/Dolus' est tout de même très court (même primaire).

Le premier problème est que nous trouvons effectivemet l'apport de l'éolien industriel discutable. Le maigre bénéfice énergétique est déprécié par les nuisances environnementales apportées tant aux riverains qu'à l'habitat de la faune. Ce point est discuté en général par l'argument : c'est toujours ça de gagné. Cependant, l'argent n'est pas non plus une réserve inépuisable et nous devrions plus nous préoccuper de technniques plus rentables et moins dommageables à l'environnement (géothermie, par exemple). Admettons cependant, pour montrer que ce n'est pas le point faible de notre raisonnement.

Le deuxième point est que l'installation de l'éolien s'est complètement défaussé sur le milieu privé. Pour un pays attaché au caractère national de sa production d'électricité, c'est un comble !!! Comme si EdF n'était pas capable de mettre en place une production éolienne. Enfin bref, on voit les limites de ce système lorsque l'on s'aperçoit :
- que tous les acteurs nécessaires à la construction du parc sont largement intéressés financièrement (communes, propriétaires), pour passer outre toute résistance
- que l'étude de faisabilité est faite par le promoteur (qui a plutôt intérêt à faire un parc rentable qu'un parc respectueux des autres)

-le troisième point est qu'il faut commencer par se poser la question si ce site est un bon site, et pas que du point de vue du vent. Même si le vent est suffisant, il est peut être trop petit. Si les recommendations de l'Académie de Médecine sont arbitraires (elle le dit elle-même) on peut décider de les appliquer le temps que les études nécessaires soient réalisées. Or le terrain est trop petit pour cette limite de 1500m. Idem pour l'avifaune. Peut-être que le parc éolien peut se faire sans perte d'habitat. Mais ne vaut-il mieux pas faire un parc ailleurs où le risque n'existe pas ? Pourquoi le choix se ferait-il au niveau communal et non pas au niveau départemental voire régional ? C'est probablement le sens que doit prendre la constitution des ZDE (zones de développement éolien).

Les risques apportés par ce parc sont bien grands. Et seule l'étude d'impact réalisée par le promoteur serait notre garantie ? Soyons sérieux, les dés sont pipés ! Si l'étude de faisabilité échoue, cela signifiera que le promoteur ne peut réaliser un site rentable, c'est tout.

L'idée du cahier des charges est bonne. Elle n'est d'ailleurs pas neuve. Mais qui l'écrira ? Et surtout qui le respectera ? En effet, si le projet est racheté à VSB, qui garantira par exemple une compensation du fait de la dévalorisation de l'immobilier si elle est constatée ? L'arrêt des machines si elles font du bruit ? Enfin, demander l'éloignement des machines à 1500m des habitations revient à rejeter le projet. Malgré tout, cela nous semble une condition sina qua non en l'absence de données sanitaires fiables.

Je suis quand même un peu dérouté par le fait que respect de l'environnement, aussi louable soit-il, pousse à accepter des éoliennes n'importe où sous le seul prétexte que ce sont des éoliennes. Je suis persuadé que si ce projet, à nuisance environnementale égale, avait été autre, nous aurions assisté à une levée de bouclier de la part des mêmes personnes qui aujourd'hui préconisent le compromis, si tant est qu'il en existe un qui soit acceptable.

François Guillet